martedì 15 aprile 2008

«Jeux Olympiques interdits aux chiens et aux chinois»

Une indigne campagne de diabolisation de la République Populaire Chinoise est en cours. Ceux qui la dirigent sont des gouvernements et organes de presse décidés plus que jamais à avaliser l’interminable martyre du peuple palestinien, et toujours prêts à déclancher et soutenir des guerres préventives comme celle qui, en Irak, a déjà entraîné des centaines de milliers de morts et des millions de réfugiés.
On agite le drapeau de l’indépendance (parfois camouflée en « autonomie ») du Tibet, mais si cet objectif se réalisait, voilà que ce même mot d’ordre serait aussi lancé pour le Grand Tibet (une zone trois fois plus grande que le Tibet proprement dit) puis pour le Sin-Kiang, pour la Mongolie interne, pour la Mandchourie et pour d’autres régions encore. La réalité est que, dans son projet fou de domination planétaire, l’impérialisme vise à démembrer un pays qui, depuis de nombreux siècles, s’est constitué sur une base multiethnique et multiculturelle, et voit aujourd’hui 56 ethnies vivre côte à côte. Ce n’est pas un hasard si l’organisation de cette Croisade provient non pas du Tiers Monde, qui regarde vers la Chine avec sympathie et admiration, mais de l’Occident qui depuis les guerres de l’opium a précipité le grand pays asiatique dans le sous-développement et dans une tragédie énorme, dont un peuple qui représente le cinquième de l’humanité est en train de sortir.
Sur la base de mots d’ordre analogues à ceux qu’on hurle aujourd’hui contre la Chine, on pourrait organiser le démantèlement de nombreux pays européens, comme l’Angleterre, la France, l’Espagne et surtout l’Italie, où les mouvements qui revendiquent la « libération » et la sécession de la « Padanie » ne manquent pas.
L’Occident qui joue au Saint Siège de la religion des droits de l’homme n’a pas eu un seul mot sur les pogroms anti-chinois du 14 mars dernier à Lhassa, qui ont coûté la vie à des civils innocents, parmi lesquels des vieillards, des femmes et des enfants. Pendant qu’il se proclame à la pointe de la lutte contre le fondamentalisme, l’Occident transfigure de la façon la plus grotesque le Tibet du passé (fondé sur la théocratie, l’esclavage et le servage de masse) et se prosterne devant un Dieu-roi, affairé à constituer un Etat sur la base de la pureté ethnique et religieuse (une mosquée a aussi été assaillie à Lhassa), en annexant à cet Etat des territoires qui sont habités par des tibétains mais qui n’ont jamais été administrés par un Dalaï-lama : c’est le projet du Grand Tibet fondamentaliste cher à ceux qui veulent mettre en crise le caractère multiethnique et multiculturel de la République Populaire Chinoise, pour pouvoir mieux la démanteler.

A la fin du 19ème siècle, à l’entrée des concessions occidentales en Chine, on mettait, bien en vue, la pancarte : « Entrée interdite aux chiens et aux chinois ». Cette pancarte n’a pas disparu, elle a seulement subi quelque variante, comme le montre la campagne pour saboter ou diminuer de quelque manière que ce soit les Jeux Olympiques de Pékin : « Jeux Olympiques interdits aux chiens et aux chinois ». La Croisade anti-chinoise en cours est dans la pleine continuité d’une longue et infâmante tradition impérialiste et raciste.

Domenico Losurdo, philosophe
Gianni Vattimo, philosophe
Luciano Canfora, historien
Carlo Ferdinando Russo (directeur de “Belfagor”)
Angelo D’Orsi, historien
Ugo Dotti, historien de la littérature italienne
Guido Oldrini, philosophe
Massimiliano Marotta, président de la Società di Studi politici

2 commenti:

Jullien ha detto...

Par le passé, passant outre les différends idéologiques, la France s'appuyait sur la Chine pour s'opposer aux superpuissances.
La situation a changé.

Certains milieux français se sont particulièrement déchaînés contre la Chine. En particulier, des élus ont pris publiquement position pour le boycott des JO, et le gouvernement s'en est lavé les mains.
C'est un fait nouveau sans doute lié au chauvinisme exacerbé d'une puissance sur le déclin, qui voit la Chine et les pays d'Afrique nouer des liens politiques et économiques dans son "pré carré", jusqu'en Afrique du Nord tout récemment.
La crise économique mondiale, qui n'en est qu'à ses débuts, ne fait qu'accentuer cette haine des pays émergents.

Cette campagne belliciste ne rencontre pas le soutien escompté dans le monde et elle échouera.

salvatore ha detto...

totalement d'accord avec vous
la gauche devrait plutot ce préoccuper des crimes des gouvernements des usa dans le monde